Vers la construction d'une bourse d'échange numérique de l'offre touristique transfrontalière

L'évènement "Vers la construction d'une bourse d'échange numérique de l'offre touristique transfrontalière" du 22/09/2021 a réuni 32 institutionnels Français et Catalans sous l'oeil intéressé de Monsieur le Sous-Préfet de Prades.

Après les discours introductifs et la présentation des résultats du projet européen transfrontalier EPIREMED, les trois témoignages ont apporté un éclaricissement sur les méthodologies à mettre en place et sur leurs expériences dans la création d'une boursee d'échange numérique de l'offre touristique transfrontalière.

Les ateliers ont permis d'identifier le besoin, de le préciser et d'anticiper sur la création d'éventuels outils.

Les interventions de Claire Sarda Verges et Florent Martiche ont conforté le fait que des solutions de financements européens seraient possible dans le nouveau programme 2021-2027.

L'aspect humain ressort de ces échanges, il paraît indispensable que l'humain soit au coeur de cette thématique pour créer du réseau transfrontalier et co-construire l'outil qui permettrait d'améliorer les flux d'informations de l'offre touristique transfrontalière.

Cette journée a permis de créer pour certains, et de consolider pour d'autres, des liens entre institutions transfrontalières, notamment la CCI et la Casa de la Generalitat de Catalunya à Perpignan.

Synthèse Atelier

  • Pourquoi est-il nécessaire d'avoir un processus facile et fluide pour obtenir des informations entre les deux frontières ?

 

Il est nécessaire d'avoir un processus facile et fluide car la demande touristique ne connaît pas de frontière. Le manque de communication entre le Nord et le Sud est rencorcé par des institutions différentes, des entreprises différentes, des limites administratives "avoir la légitimité de promouvoir l'autre côté de la frontière" et politiques différentes, il est donc difficile de proposer une offre globale.

Une offre globale qui intéresserait aussi la clientèle locale renforcée après la crise sanitaire.

Cette fluidité pourrait aussi permettre d'obtenir des statistiques de la demande touristique transfrontalière.

  • Quelles sont les inforpmations auxquelles vous aimeriez avoir accès et dont vous ne disposez pas aujourd'hui ?

Les principales demandes concernent le client qui prépare son séjour et celui qui est déjà sur place. Elles portent sur :

  • La restauration et gastronomie, les bonnes adresses, les prix...
  • L'itinérance, les chemins de randonnée, les refuges...
  • Les transports, horaires, coordination pour les transferts...
  • Culture et patrimoine, horaires d'accès, prix, documentation...
  • Les évènements réguliers "marchés" exceptionnels, les agendas des manifestations des animations
  • Les hébergements, gîtes et chambres d'hôtes, disponibilités, labels, prix, fermeture...
  • Les actualités, mesures administratives pour le passage des frontières pendant la Covid-19...

 

  • Quel outil pourrions-nous utiliser pour garantir un accès facile à ces informations pour les deux côtés de la frontière?

Plusieurs outils peuvent être envisagés comme :

Au niveau numérique :

  • Une carte et de la documentation de l'offre touristique transfrontalière en 4 langues
  • Un site web grand public et/ou professionnel
  • Un site web mutualisé ou des liens entre les différents sites web des OT, passerelles...
  • Une base de données transfrontalières
  • Une plateforme transfrontalière
  • L'instauration d'alertes "inondations, forte fréquentation, fermeture des routes..."
  • La mise en place d'un calendrier partagé avec des mots clés
  • Des conversations Whatsapp/Facebook
  • Le partage des données entre Epiremed et Tourinsoft (tous les OT ne sont pas affiliés à Tourinsoft)
  • La création d'un portail avec des thématiques

Au niveau non numérique :

  • Création d'une carte touristique de l'offre transfrontalière en 4 langues
  • Capitalisation de l'existant et développement des routes, itinéraires, projets, comme avec EPIREMED
  • L'humain : valoriser les rencontres des deux côtés de la frontière, mettre en place des ​​​"Eductours" pour créer un réseau qui permettrait de porter les solutions à cette thématique transfrontalière